"Alignements et émerveillements" par Doris Hirsch

Le mot Yoga veut dire unir et relier « l’esprit individuel à l’esprit Universel » et bien que les itinéraires soient nombreux et variés, ils poursuivent tous le même but : retrouver l’unité. (Le Soi, l’Absolu, la conscience primordiale ou tout autre nom)

Le Hatha-Yoga est le Yoga le plus répandu en Occident. Ha-tha représente le principe de la dualité (deux) Ha symbolise le soleil Tha la lune. La dualité est un aspect fondamental du monde. Toutes les manifestations de la vie procèdent de l’énergie engendrée par les contraires. Le jour serait inconcevable sans la nuit, le bien sans le mal, la détente sans la tension. Ce jeu d’alternance est profondément inscrit dans notre fonctionnement psychosomatique et il est à l’origine de notre esclavage et de nos errements tant qu’il reste dans les méandres de notre inconscient. En effet nous sommes constamment ballotés d’un pôle à l’autre comme une balle de pingpong et nous subissons, souvent avec complaisance de vivre dans les contradictions et les conflits. Le but du Hatha-Yoga c’est de « libérer l’esprit des contraintes du corps » par la maîtrise de son mouvement, de son rythme et du souffle. C’est une des raisons pour laquelle il me semble si important de connaître l’anatomie, et le respect des axes et le placement du corps. En effet, comment rendre ce corps silencieux (sans douleurs) si on ne respecte pas sa fondation ostéo-articulaire même, l’axe du bassin et de la colonne vertébrale. Cette structure synergique si elle est respectée garantit notre équilibre neurologique, neuro-végétatif, hormonal et psychologique. (Homéostasie)

doris-hirsch-yoga-inde.jpg

Nous avons le pouvoir de déceler et de sentir le jeu des contraires dans notre propre corps, mental, affectif ou spirituel, car il est comme un miroir réfléchissant tous les phénomènes ; le bien-être ou le mal-être, la douleur ou le plaisir, la tension ou la détente, la joie ou la tristesse, l’enthousiasme ou le découragement etc. Cette prise de conscience « devrait » nous aider à nous libérer du conflit des opposés, (non dualité) car nous avons le pouvoir de baisser ou d’augmenter le niveau de tension (énergie) ou de trouver un compromis entre les deux pôles. Et pourquoi nous n’y arrivons nous pas ou si difficilement? Parce que nous sommes viscéralement identifiés au corps, soit positivement par le plaisir, soit négativement par la douleur. Ce mécanisme est fondamentalement lié à notre peur ou instinct de survie ou ce que nous appelons le moi ou l’ego. 

Les risques et les inconvénients du Hatha-Yoga pour nous Occidentaux est dans le fait d’obtenir le contraire du but recherché. Au lieu de libérer l’esprit des contraintes du corps, beaucoup d’adeptes deviennent de plus en plus « accro » au corps, obnubilés et fascinés par lui, deviennent narcissiques et hypocondriaques en recherche constant du bien-être et du  mieux-être coûte que coûte en s’éloignant de plus en plus d’une pratique non dualiste.

Nous ne pourrons nous affranchir des opposés que lorsque l’on cessera de s’identifier au plaisir et à la douleur, autrement dit au corps.

Il existe une autre forme de Yoga (Jnana-Yoga) qui traite de la non-dualité non pas par la maîtrise du corps mais par une méthode plus radicale, la connaissance de notre véritable nature, celle qui dépasse de loin notre corps, notre mental et nos affects. Ce Yoga m’a particulièrement intrigué et perturbé, mes convictions d’alignement vertébral ou de placement du corps ont volé en éclat  lorsque j’ai vu cet homme (Ramana Maharshi) sur une photo, un corps totalement désaxé et atrophié, un corps souffrant d’un des cancers le plus abominable d’un trajet nerveux. Il ne prenait aucun médicament ni aucune drogue pour se soulager, son visage était détendu et dans son regard on devinait une profondeur vertigineuse qui exprimait un amour illimité. Comment faisait-il ? Il s’est réalisé dans sa vraie nature, celle qui est en chacun de nous mais que nous ignorons : L’     UNITÉ ou le SOI qui siège au cœur même de la dualité manifestée.